Vous êtes ici

Abeilles, guêpes, frelons : gare aux piqûres !

print printmail
Partager cet article :
Si les piqures d’insectes sont souvent bénignes, elles n’en demeurent pas moins souvent douloureuses, et, dans les cas extrêmes, elles peuvent entrainer des complications graves. Pour éviter les douleurs, gonflements et autres désagréments apportés par les hyménoptères (terme savant) tels que guêpes, guêpes ou frelons, voici quelques consignes pour prévenir plutôt que guérir. 
 
piqûres abeille: prévention et solution
 
 

1) La prévention

  •  Sortez couvert ! S’il est parfois difficile de se promener en manches longues l’été, il est néanmoins fortement recommandé de porter des pantalons serrés aux chevilles et des chaussures fermées lorsqu’on s’aventure dans les sous-bois, à proximité de zones humides ou dans des prairies naturelles. Préférez également les vêtements de couleur « neutre », les tons vifs peuvent rendre les insectes agressifs.
  •  Ne portez pas de parfum, car ils attirent les abeilles et les guêpes, friandes de saveurs sucrées et florales. Le frelon lui, ne consomme que des insectes et n’est donc pas sensible aux parfums.
  •  Ne faites pas de gestes brusques qui pourraient les énerver ou leur faire craindre pour leur sécurité, et éloignez-vous des nids ou concentrations d’individus.
  • Ne restez pas à proximité des ruches ou des nids d’abeilles et de guêpes, ainsi que des poubelles mal fermées, ou la nourriture risque de les attirer. Interdisez aux enfants d’approcher, leurs gestes brusques ou leurs cris peuvent affoler les abeilles, qui développeront un réflexe défensif. 
  • Si vous remarquez un nid d’abeilles, appelez un apiculteur local qui sera sans doute ravi de récupérer la reine, si le nid est facilement accessible. Pour les autres cas, et pour les nids de guêpes et de frelons, contactez votre mairie qui vous dira qui peut intervenir pour veiller à leur destruction.
  •  Ayez toujours à disposition une trousse de secours contenant des cotons, du désinfectant (alcool à 70° par exemple), une pince à épiler et une crème anti-démangeaisons. Pour les personnes allergiques, il faut ajouter un kit d’adrénaline à injecter en cas de piqûre. Il faut aussi prévenir l’entourage professionnel et les proches de ce risque allergique.
  • Un conseil tellement évident qu’on ne devrait pas devoir le dire, s’il n’était malheureusement la cause de bien d’ingestions involontaires d’abeilles et de guêpes : bien regarder au fond de son verre avant de boire, surtout s’il contient une boisson sucrée comme un jus de fruit ou un soda ! De même, être particulièrement vigilant avec les canettes, puisque qu’on ne voit pas le contenu quand on y porte les lèvres.
  • Mettre à jour ses vaccins, en particulier celui du tétanos.
  •  Si lors d’une précédente piqûre d’insecte vous avez eu une douleur et un gonflement local de plus de 10 cm ainsi que des symptômes persistant plus de 12 heures, vous avez des chances de développer une réaction plus grave lors de la prochaine piqûre. Il faut alors absolument consulter un médecin, qui devrait vous conseiller de voir un allergologue pour faire des tests et vérifier si vous êtes allergique. Dans ce cas, il vous proposera de vous désensibiliser, et prescrira également un médicament à prendre en cas de piqûre.

2) Que faire en cas de piqûre ?

Il y a plusieurs types de réactions à une piqûre d’insecte :
  •  La réaction locale : la plus bénigne et la plus fréquente. Dans ce cas la peau gonfle, devient rouge et douloureuse à l’endroit de la piqûre. Elle peut également créer des démangeaisons. Il faut alors rapidement appliquer une source chaude, mais non brûlante, près de la piqure (type cigarette ou sèche-cheveux, la chaleur détruisant le venin), puis se laver les mains et désinfecter la plaie, retirer l’aiguillon avec une pince à épiler (nettoyée avec de l’alcool à 70°), les doigts ou une surface lisse et non tranchante comme le bord d’une carte bleue. Attention, il ne faut pas faire éclater la petite poche de venin qui est sur le dard, la réaction risquerait d’être encore plus forte. Ensuite, on peut appliquer une poche de glace et une crème antidémangeaison. Si l’œdème ne se résorbe pas après 24h, il est préférable de consulter un médecin.En cas de piqure sur la main, il faut enlever rapidement les bagues, bracelets et montres. Si la piqure est située sur le visage, notamment dans la bouche ou près des yeux, ainsi qu’au niveau de la gorge, un risque de gonflement plus important voire d’étouffement est présent, il faut alors alerter le SAMU (15) ou emmener la personne aux urgences.
  • La réaction toxique : elle apparait quand on est piqué à plusieurs reprises, ce qui augmente la quantité de venin dans le sang. Les symptômes sont nombreux : œdème au niveau des piqûres, fatigue, vomissements, diarrhée, maux de tête, chute de tension, parfois des convulsions et une perte de connaissance. 
  • La réaction allergique : beaucoup plus rare, c’est une réaction forte face à une piqûre. Les symptômes sont divers : gros gonflement rouge, dur et douloureux, d’environ 10 cm, réaction généralisée avec éruption rouge sur tout le corps, démangeaisons, ou plus grave, fièvre, sensation d'oppression en respirant, douleur au ventre, nausée, diarrhée, vertiges, extrémités du corps qui deviennent bleues, difficulté à avaler, à respirer voire perte de connaissance… Dans ce cas-là, il faut se rendre aux urgences le plus vite possible, ou appeler le SAMU (15). Retirez rapidement le dard s’il y en a un, désinfectez, allongez-vous sur le dos et surélevez vos jambes.


Liens :
Un bétail stressé augmente le risque de blessure pour les éleveurs
La maladie du « poumon de fermier »
Machines agricoles : moins d’accidents, mais plus graves
Enquête nationale sur les risques professionnels : particularités du salarié agricole

Tous vos EPI: masque phyto, gants... sur notre boutique !

Agrisur Boutique EPIAgrisur Bourique EPI

Quelques entreprises partenaires

;      Centre d'observation catastrophes naturelles

suivez-nous :      facebook                           Twitter

Abonner-vous : Flux RSS