Vous êtes ici

Accident au bout du fil

print printmail
Partager cet article :

Si les téléphones portables et autres smartphones sont devenus des instruments incontournables et utilitaires de la vie courante et professionnelle, ils n’en restent pas moins une véritable source de danger, au volant . Il n’y a rien d’anodin à appeler un proche, consulter ses mails ou envoyer un SMS, lorsqu’on conduit un véhicule.

 

risque professionnel agricole

 

Le téléphone au volant est aujourd’hui la 4ème cause de mortalité sur la route après l’alcool, la vitesse et la somnolence au volant.  Son usage multiplie par 5 le risque d’accident de la circulation et on dénombre 1 accident sur 10 qui est lié à l’usage du téléphone durant la conduite.

 

En quoi l’usage du téléphone perturbe-t-il la conduite ?

Les dangers du téléphone tiennent du fait qu’il réduit aussi bien l’attention et le temps de réaction et de manœuvre du conducteur :

 

  • Le risque d’accident est multiplié par 6 au début d’une conversation téléphonique écrite ou orale.  C’est à ce moment que notre attention sur la conduite est la plus faible.  Nous sommes fortement distraits par la recherche de notre téléphone, la recherche et la saisie d’un numéro, l’identification de l’appelant ou des touches de réponses. 
  • Répondre à un message entraine forcement la libération d’une main.  A la survenance d’un obstacle ou d’une trajectoire serrée, il sera bien difficile de réaliser parfaitement un virage ou effectuer une manœuvre ;
  • Un tiers des accidents aurait pour origine un manque d’attention du conducteur.  Avec une perte d’attention sur la conduite, le regard est figé exclusivement vers l’avant au détriment des coups d’œil plus large sur l’environnement et dans les rétroviseurs.  Il est ainsi fréquent de ne plus remarquer la signalisation, de franchir fréquemment les lignes médianes et d’effectuer des freinages brusques.  Quoique différent par nature, un état de somnolence aboutit aux mêmes manques de reflexes.
  • L’usage du téléphone au volant, à la main ou grâce aux accessoires mains libres, tend également à modifier le comportement de l’utilisateur.  Son attention est concentrée sur la conversation et non sur la circulation.  Les trois-quart de conducteurs au téléphone ne respectent pas les passages piétons ou encore ne se rappellent pas de la signalisation.
  • Enfin, la réaction du conducteur est plus lente. Le temps de réaction augmentant de près de 50% tout comme la distance d’arrêt ce qui explique la violence des chocs avec obstacles malheureusement parfois humains.

 

Un sondage de IFOP pour l’association Prévention et Suivi de la Sécurité Routière en Entreprise (PSRE) révèle qu’en 2012, 80% des appels émis par les employés sont passés en situation de conduite.  Très peu de personnes (20% des salariés) ne marquent pas un arrêt systématique pour répondre à leur correspondant. 

 

En route, plus de prudence

Aussi important que soit l’enjeu de l’appel ou du message reçu, les règles en matière de sécurité routière ne doivent pas être négligées. En circulation, il est impératif de nous défaire de notre addiction au téléphone pour rester concentré sur notre conduite :

 

  • Les communications reçues doivent être redirigées vers les messageries vocales et dans le cas où vous seriez accompagné, vous avez toujours la possibilité de demander à votre passager de répondre. La mise sous « silencieux » du téléphone contribue à ne pas être surpris ou effrayé pas une sonnerie soudaine, ou d’être tenté d’y répondre.
  • En cas de nécessité, il est toujours possible de faire un arrêt pour passer un appel ou consulter sa messagerie.  A ce propos, il arrive que les conducteurs se rabattent sur les bandes d’arrêt d’urgence.  Ceci est une infraction sanctionné de 35 à 135 €par le décret sur la circulation routière (Décret n° 2012-3 du 3 janvier 2012). 
  • L’utilisation des kits main libre a été parfois décriée.  Certes, le volant est maîtrisé des deux mains, mais la perte d’attention demeure.  Presque tous les conducteurs sont à ce jour équipés de cet outil (fourni obligatoirement par les constructeurs) qui est vu par 60% de professionnels comme un moyen de réduction du risque d’accidents (étude de l’IFOP).

 

Autant de précautions que l’on peut prendre pour rouler plus sereinement mais aussi pour éviter des sanctions administratives.  En effet, depuis le 3 janvier 2012, un décret sanctionne de 135€d’amendes et le retrait de 3 points sur le permis, l’utilisation du téléphone au volant.  Si la sanction n’est appliquée pour l’instant qu’à la conduite téléphone à la main, des voix se lèvent pour son extension aux kits mains libres.


Mots clés: 

Liens :
Un bétail stressé augmente le risque de blessure pour les éleveurs
La maladie du « poumon de fermier »
Machines agricoles : moins d’accidents, mais plus graves
Enquête nationale sur les risques professionnels : particularités du salarié agricole

Tous vos EPI: masque phyto, gants... sur notre boutique !

Agrisur Boutique EPIAgrisur Bourique EPI

Quelques entreprises partenaires

;      Centre d'observation catastrophes naturelles

suivez-nous :      facebook                           Twitter

Abonner-vous : Flux RSS