Vous êtes ici

Chutes de toiture : la bonne prévention

print printmail
Partager cet article :

S’il est toujours préférable de faire appel à un professionnel du bâtiment pour les travaux de toitures, certains cas d’urgence ou des interventions rapides peuvent vous amener à monter sur un toit.  Il faut dans tous les cas être très prudent, quelle que soit la structure du toit.

 

Préparez-vous correctement à travailler en hauteur

Evitez le plus possible de travailler en hauteur : il peut y avoir d’autres solutions plus sûres.  Par exemple, si vous devez couvrir  le chargement d’un camion, ou procéder au nettoyage d’un bien en hauteur, posez-vous un certain nombre de questions :

o   Est-ce que je le fais par habitude ?  

o   Est-ce que je peux utiliser un système de couverture automatique, de nettoyage automatique (serre) ? 

o   Puis-je intervenir depuis le sol seulement ?  

o   Pour une opération de nettoyage, puis-je me servir d’un manche long afin de rester au sol ?

  • Ne commencez pas à travailler en hauteur avant d’avoir correctement planifié ce que vous allez faire et comment vous allez le faire.  Evaluez et contrôlez les risques impliqués dans votre tâche, efforcez-vous de les réduire au maximum.

- Ne sous-estimez pas le risque, faire attention n’est pas suffisant, il faut mettre en place de vraies précautions.

- Assurez-vous d’avoir pensé aux solutions en cas d’urgence.

- Assurez-vous d’avoir considéré toutes les façons dont vous pourriez tomber : par exemple, si vous réparez un toit, vous pouvez tomber du toit, à travers le toit, à travers une fenêtre du toit, etc...

  • Les travaux en hauteur ne peuvent pas être effectués par toutes les personnes, notamment celles qui souffrent de vertige.  Il faut donc répartir au mieux les tâches pour qu’elles conviennent à tous.  Ceux qui peuvent travailler en hauteur ont besoin d’être formés ou de travailler sous la surveillance d’une personne ayant de l’expérience.
  • Effectuer un recensement et une analyse des accidents déclarés et des témoignages des utilisateurs afin de compléter les équipements de protection collective et individuelle
  • Valider que l’éclairage naturel et l’éclairage artificiel sont suffisants.

 

Les équipements

  • Privilégiez dans votre réflexion des mesures collectives, comme les plateformes et des garde-corps au lieu de protections individuelles comme les harnais de sécurité.  Mais les équipements de protection individuelle (EPI) peuvent également être utilisés en complément des mesures de protection collective : par exemple, le harnais peut être utilisé en complément d’un échafaudage fixe.
  • Portez toujours un casque lorsque vous travaillez en hauteur.
  • Pour utiliser un harnais, il faut avoir un point d’accrochage, et ce dernier est souvent négligé.  Il faut être formé à son utilisation, et vérifier la solidité du matériel avant utilisation.
  • Les équipements ne peuvent être montés, démontés ou modifiés que par une personne qualifiée et ayant suivi une formation pour ce genre d’opération, et ils doivent être régulièrement examinés afin de détecter tout problème de sécurité.
  • Le moyen le plus efficace est de poser des garde-corps.  Ils doivent être solides et fixés de manière sure, que ce soit sur des installations fixes ou des échafaudages mobiles.  Lorsqu’il n’est pas possible d’installer des garde-corps, vous pouvez mettre en place des filets ou des surfaces de recueil élastiques, qui empêchent les chutes de plus de trois mètres de hauteur.  Les nacelles et les plateformes élévatrices peuvent également être utilisées s’il n’y a pas de garde-corps, mais il faudra alors limiter le nombre d’intervenants, les former à l’usage de ces équipements et leur obtenir une autorisation de conduite.
  • Sélectionnez le bon équipement : désignez celui qui convient le mieux à votre travail.  Pour prévenir une chute sur un toit nécessitant des visites d’entretien régulières, installez un garde-fou sur la bordure, et une passerelle de circulation sur les toits fragile.   N’utilisez pas une échelle si ce dont vous avez besoin est un échafaudage mobile !  Chaque tâche nécessite son équipement propre, ne prenez pas de risque sous prétexte de réaliser des économies.  
  • Pour des travaux réguliers en hauteur, munissez-vous du matériel adapté : pas d’échelles ou de monte-charges, choisissez une plateforme de travail que vous puissiez contrôler lorsque vous êtes dessus.  Renseignez-vous également auprès du vendeur pour savoir si le camion est compatible avec la plateforme, et une fois au travail, vérifiez que les deux éléments sont bien attachés et sécurisés.  Assurez-vous qu’il y ait une fonction « blocage » pour empêcher les mouvements de la plateforme avec une présence humaine.   Installez des protections pour empêcher l’accès aux parties dangereuses de la plateforme, et faites-la examiner tous les six mois.  Ne dépassez pas le nombre de personnes pouvant monter sur la plateforme.
  • Inspectez l’équipement régulièrement pour détecter les défauts et les usures susceptibles d’affecter la sécurité.  La plupart des chutes sont dues à un manque de précautions et à un mauvais entretien, un mauvais usage ou une utilisation inappropriée des infrastructures.
  • Assurez-vous que suffisamment de passerelles sont disponibles sur le toit pour ne pas devoir sauter de l’une à l’autre ou enjamber le vide pour se déplacer.
  • Pour prévenir les chutes, mettez en place des filets de protection, des échafaudages à côté du toit, des garde-fous et des butoirs aux bords des plateformes et des revêtements sur toutes les surfaces fragiles.

 



Liens :
La maladie du « poumon de fermier »
Machines agricoles : moins d’accidents, mais plus graves
Enquête nationale sur les risques professionnels : particularités du salarié agricole
Trop de travail, ce n’est pas la santé

Tous vos EPI: masque phyto, gants... sur notre boutique !

Agrisur Boutique EPIAgrisur Bourique EPI

Quelques entreprises partenaires

;      Centre d'observation catastrophes naturelles

suivez-nous :      facebook                           Twitter

Abonner-vous : Flux RSS