Vous êtes ici

Vol de bétail en Australie : 860 têtes volatilisées !

Elevage
print printmail
Partager cet article :

 

 

vol de bétail

Le mariage de Scott Harris, propriétaire de troupeaux de bovins dans le Queensland, a été un désastre. Pour cause, des voleurs ont profité de la noce, début août 2012, pour s’emparer de 860 têtes de bétail. Le vol a eu lieu durant la semaine ou il était à Palm Cove, pour célébrer son union, et où étaient également présent ses employés. «C’est un début difficile, qui aurait ruiné n’importe quelle lune de miel. Nous allons surmonter ça, mais ça fait vraiment mal»

 

« Voler du bétail est un gros business, affirme Warren Baker, un officier de la Brigade du bétail de Charleston.  Quand on en parle, les gens pensent à de belles histoires comme celles de Henry Readford (voir encadré), mais il s’agit en fait de sérieuses associations de crime organisé ».

 

En effet, la valeur du troupeau volé a été estimée à environ 1 millions de dollars, et le vol aurait demandé plusieurs hommes, des chiens et plusieurs rotations de véhicules, avec probablement plusieurs camions. Selon la police, les vols de bétail constatés chaque année dans le Queensland constituent des pertes qui dépassent les 5 millions de dollars, et deviennent de mieux en mieux organisés.

 

Les conséquences économiques pour Scott Harris sont dévastatrices, car les bêtes étaient prêtes à partir pour l’abattoir, et devaient lui rapporter 1 200 dollars chacune.

Les abattoirs ont été informés du marquage de ces animaux (des bœufs Droughtmaster Brahman rouges, tous identifiables par leur étiquette à l’oreille et par leur marquage), de façon à les reconnaitre s’ils leur sont vendus. Il est néanmoins probable que les voleurs retireront les marquages, ce qui représente un travail considérable sur 860 têtes de bétail.

 

Cependant, Warren Baker affirme qu’un vol de bétail de cette taille et en si peu de temps  ne passe pas inaperçu, ce qui jouera en faveur des autorités. D’ailleurs, des personnes travaillant dans des abattoirs ont réagi en informant les autorités que du bétail similaire à celui de Scott Harris avaient été tuées, ce qui montre que le système fonctionne.

 

Scott Harris s’est avoué être très choqué par le vol, il vivait dans une petite communauté soudée, qu’il pensait très sécurisée. « Beaucoup de gens du coin ne peuvent pas croire ce qui s’est passé, et moi non plus », déclare-t-il l’air abattu.

 

Malgré tout, il tient à garder espoir, et pense que les bêtes, étiquetées et marquées, ne sont pas parties à l’abattoir et son toujours vivantes. Il espère qu’un grand déploiement de policier dans le Queensland, la Nouvelle-Galles du Sud et dans le Territoire du Nord pourra permettre d’attraper les coupables. Comptant également sur la coopération de la population, il offre 100 000 dollars de récompense à qui résoudra ce mystère.

 

« Autrefois, les voleurs qui étaient arrêtés étaient pendus, ou, s’ils vivaient au Moyen-Orient, ils avaient la main coupée. Moi, j’aimerais juste qu’ils prennent conscience de la force de la loi et qu’ils passent du temps en prison » lâche Harris.

 

Malheureusement à ce jour, soit plus d’un an après les faits, le vol, pourtant très médiatisé en Australie, n’a pas été résolu.

 



Liens :
Agritourisme : prévenir les Risques d’infection et de blessure par les animaux
Stop patte : L’invention d’un éleveur normand pour se protéger des coups
Grippe aviaire : que faire pour endiguer durablement l’épizootie ?
Baisse des produits phytosanitaires en 2015

Lire les autres sujets

Tous vos EPI: masque phyto, gants... sur notre boutique !

Agrisur Boutique EPIAgrisur Bourique EPI

Quelques entreprises partenaires

;      Centre d'observation catastrophes naturelles

suivez-nous :      facebook                           Twitter

Abonner-vous : Flux RSS