Vous êtes ici

Les drones « experts » d’assurance

Générales
print printmail
Partager cet article :

L’utilisation du drone s’est beaucoup développé dans le monde agricole.  Quels sont les domaines d’investigation des drones agricoles? Quel est le tôle du drone dans une expertise sinistre?

 

 

Depuis 2012, date à laquelle son usage a été autorisé pour les vols civils, l’utilisation du drone s’est beaucoup développé dans le monde agricole.  Avec des applications diversifiées, ces aéronefs sans personne à bord de 800g à 2 kilos proposent différentes missions agricoles.

 

Domaines d’investigation des drones agricoles

Les drones peuvent calculer des doses d’engrais, de la biomasse ou encore estimer les dégâts des eaux. Aujourd’hui certaines start-up font des recherches dans le but de détecter à temps les parasites et les maladies.  Le drone offre également la possibilité de détecter si telle parcelle a besoin de plus d’eau, d’engrais, de pesticides ou encore décider du moment opportun pour débuter la récolte.

De plus en plus d’agriculteurs s’équipent avec ces matériels dont les prix se démocratisent.  Pour les équipements plus sophistiqués, ce sont parfois les Chambres d’agriculture qui investissent pour ensuite proposer ce service aux exploitants agricoles.

Les assureurs s’intéressent de plus en plus à cette nouvelle technologie pour l’instruction de leurs dossiers sinistres.

 

Rôle du drone dans une expertise sinistre

Lorsqu’un sinistre de grande ampleur se produit, il peut être difficile pour un expert d’accéder au site.  Soit parce qu’il existe un réel risque de présence produits toxiques (amiante, inhalation…), soit parce qu’il a fait l’objet d’un arrêté de péril pour des raisons de sécurité (bâtiment effondré, chute..).

Par exemple, l’utilisation d’un drone peut permettre d’inspecter l’état d’une toiture et de vérifier notamment l’état des équipements photovoltaïques (panneaux solaires).  Un vue d’ensemble des installations endommagées, avec des images très précises, permettant à l’expert ensuite de se faire une idée plus précise des dommages occasionnés.

Il existe des spécialistes de drones civils qui, pour la plupart sont habilités à réaliser des missions aussi bien en agglomération qu’en campagne. Les assureurs font majoritairement appel à des professionnels du secteur du fait de la réglementation très contraignante (décret ministériel du 11 avril 2012).

Certains proposent une reconstitution des images en 3D, des photographies en très haute définition pour inspecter les bâtiments en détail. D’autres font des prises de vue par caméra thermique pour détecter, par exemple, des défauts d'isolation.

Sur des missions d’exploitation agricole par exemple, il peut s’agir d’une inspection de bâtiments ou d’installations agricoles, d’un comptage de plants ou de constatation des dégâts suite à un événement climatique tel que la grêle.

Ces prestations coûtent certes entre 500 à 1000 € HT par heure (ce n’est donc pas pour tous les dossiers) mais elles présentent un gain de temps et une opportunité d’accéder rapidement sur des lieux difficiles d’accès ou présentant un danger.

Sur ces dossiers plus complexes, les assureurs affirment que ces nouvelles technologies vont accélérer l’instruction des dossiers, et donc l’indemnisation des sinistres.

 

 

 

 

 



Liens :
Video : le collectif d’éleveurs L113 sensibilise l’opinion sur les souffrances infligées par le loup
Cadre légal du DUER dans une exploitation agricole
Un accident de tracteur provoque un incendie et prive d'électricité 250 foyers
Lisier agricole : attention danger

Lire les autres sujets

Tous vos EPI: masque phyto, gants... sur notre boutique !

Agrisur Boutique EPIAgrisur Bourique EPI

Quelques entreprises partenaires

;      Centre d'observation catastrophes naturelles

suivez-nous :      facebook                           Twitter

Abonner-vous : Flux RSS