Vous êtes ici

Un jeune intérimaire décède dans un silo

Grandes cultures
print printmail
Partager cet article :

silo accident CO2 travailleur agricole

 

 

 

Les dangers du CO2 sont bien réels en agriculture et sont la cause de trop d'accidents chaque année.

 

Le 20 octobre dernier, à Rioux, Philippe Giraud quitte son domicile afin d’effectuer sa dernière journée d’intérim à la coopérative agricole Alliance Charentes.  Agé de 29 ans, le jeune homme vient de décrocher un CDI en tant que maçon et a ainsi écourté son contrat d’intérim.

 

 

 

 

L’accident s’est produit à cause de l’inhalation de dioxyde de carbone par le jeune homme, alors que son responsable lui demande de désengorger le maïs en descendant par une échelle dans une fosse de stockage.  Depuis le vendredi qui précède, les grains de mais déchargés par un camion seraient resté tout le week-end à macérer, et avec l’augmentation de la température, la fermentation accélérée aurait conduit à la formation de CO2, gaz inodore mais motel.


Au contact du gaz, la victime aurait alors perdu immédiatement connaissance.

Trente-cinq minutes après l’arrêt du cœur, les secours ont cependant réussi à le faire repartir. Mais arrivé à l’hôpital, le cerveau du jeune homme avait lâché. C’est alors à sa famille qu’incombe la lourde décision de le débrancher.  5 jours après son arrivée à l’hôpital, le décès de Philipe Giraud est prononcé.


Sa famille se retourne alors contre la société d’intérim Synergie et la coopérative Charentes Alliance et porte plainte pour homicide involontaire.


« Philippe avait été recruté comme magasinier. Jamais il n'aurait dû descendre dans un silo à grains »  souligne sa mère. Le non port du harnais de sécurité lorsqu’il est descendu dans la fosse, est aussi relevé par la famille, tout comme l’absence de signalisation indiquant le taux de dioxyde de carbone présent dans le silo. La famille de Philippe met en exergue l’absence totale de sécurité.
 

Plusieurs enquêtes du CHSTCT*, de la Direccte**, et de la gendarmerie dont en cours afin de faire la lumière sur les circonstance exactes de l’accident.


Du coté de la coopérative, le directeur, Thierry Lafaye s’exprime notamment sur les mesures qui ont été adoptées : Une communication plus grande sur les risques encourus par les travailleurs au sein de l’établissement. Des consignes de sécurité strictes  retranscrites sur un document interne. Un responsable sécurité présent sur le terrain.

Par ailleurs, il évoque une lettre envoyée à la famille suite au décès et affirme : « Nous ferons tout notre possible pour les accompagner ». La famille quand à elle, se désole du manque d’excuse exprimé dans le courrier et accuse la coopérative de ne pas vouloir assumer se responsabilité.


« Nous attendons un procès pour nous aider à accomplir le processus de deuil » confie les proches de Philippe Giraud.  

 

Le 20 octobre dernier, à Rioux, Philippe Giraud quitte son domicile afin d’effectuer sa dernière journée d’intérim à la coopérative agricole Alliance Charentes.  Agé de 29 ans, le jeune homme vient de décrocher un CDI en tant que maçon et a ainsi écourté son contrat d’intérim.


L’accident s’est produit à cause de l’inhalation de dioxyde de carbone par le jeune homme, alors que son responsable lui demande de désengorger le maïs en descendant par une échelle dans une fosse de stockage.  Depuis le vendredi qui précède, les grains de mais déchargés par un camion seraient resté tout le week-end à macérer, et avec l’augmentation de la température, la fermentation accélérée aurait conduit à la formation de CO2, gaz inodore mais motel.


Au contact du gaz, la victime aurait alors perdu immédiatement connaissance.

Trente-cinq minutes après l’arrêt du cœur, les secours ont cependant réussi à le faire repartir. Mais arrivé à l’hôpital, le cerveau du jeune homme avait lâché. C’est alors à sa famille qu’incombe la lourde décision de le débrancher.  5 jours après son arrivée à l’hôpital, le décès de Philipe Giraud est prononcé.


Sa famille se retourne alors contre la société d’intérim Synergie et la coopérative Charentes Alliance et porte plainte pour homicide involontaire.


« Philippe avait été recruté comme magasinier. Jamais il n'aurait dû descendre dans un silo à grains »  souligne sa mère. Le non port du harnais de sécurité lorsqu’il est descendu dans la fosse, est aussi relevé par la famille, tout comme l’absence de signalisation indiquant le taux de dioxyde de carbone présent dans le silo. La famille de Philippe met en exergue l’absence totale de sécurité.


Plusieurs enquêtes du CHSTCT*, de la Direccte**, et de la gendarmerie dont en cours afin de faire la lumière sur les circonstance exactes de l’accident.


Du coté de la coopérative, le directeur, Thierry Lafaye s’exprime notamment sur les mesures qui ont été adoptées : Une communication plus grande sur les risques encourus par les travailleurs au sein de l’établissement. Des consignes de sécurité strictes  retranscrites sur un document interne. Un responsable sécurité présent sur le terrain.

Par ailleurs, il évoque une lettre envoyée à la famille suite au décès et affirme : « Nous ferons tout notre possible pour les accompagner ». La famille quand à elle, se désole du manque d’excuse exprimé dans le courrier et accuse la coopérative de ne pas vouloir assumer se responsabilité.


« Nous attendons un procès pour nous aider à accomplir le processus de deuil » confie les proches de Philippe Giraud.  


 

*CHSCT: Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail

**Direccte: Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi



Liens :
Baisse des produits phytosanitaires en 2015
L’AMM des pesticides sous le plein contrôle de l’ANSES
Un stock de maïs s’effondre dans une ferme pédagogique : 11 enfants blessés

Lire les autres sujets

Tous vos EPI: masque phyto, gants... sur notre boutique !

Agrisur Boutique EPIAgrisur Bourique EPI

Quelques entreprises partenaires

;      Centre d'observation catastrophes naturelles

suivez-nous :      facebook                           Twitter

Abonner-vous : Flux RSS