Vous êtes ici

Le loup a-t-il été réintroduit volontairement ?

print printmail
Partager cet article :

Alors que le loup avait disparu en France depuis plus d’un demi-siècle, le 5 novembre 1992, deux sujets ont pu être observés dans le parc national du Mercantour. Cette date signe le retour officiel du loup en France, et devient sujet à de nombreuses controverses opposant scientifiques et défenseurs de la cause animale et le monde agricole.

Débats exacerbés du fait qu’on ne sait toujours pas avec certitude si le loup a fait l’objet, ou non, d’une réintroduction artificielle, thèse défendue par les éleveurs, alors que les associations de protection de la nature défendent le retour naturel de l’animal. Bruno Lecomte, éleveur vosgien, publiait au cours des derniers mois,  « Retour naturel ou réintroduction des loups ? A vous de juger ».

A travers trois vidéos visibles sur Youtube, il nous livre l’enquête qu’il a réalisée concernant le retour du loup en France.  L’éleveur met en avant des éléments permettant de contester la thèse d’une réintroduction naturelle.

Ainsi, il explique les différentes manières de se procurer un loup vivant.  Bruno Lecomte avance plusieurs possibilités :

  • Capture de loups sauvages: prélèvement de louveteaux en tanière, capture de loups adultes, loups blessés.
  • Le loup hybride : Ils sont issus de croisements entre loup et chien. Il distingue les loups hybrides naturels des loups hybrides artificiels.
  • Le loup d’élevage : Certains zoos et parcs auraient confié des loups à des particuliers.  M. Lecomte évoque même une « usine à loups » un programme d’élevage en captivité dans le but d’une réintroduction dans la nature.

Défenseur de la thèse d’une réintroduction volontaire, Bruno Lecomte  nous explique également que les loups présents sur le territoire national proviendraient d’Italie. Il se base sur des documents, ainsi que sur plusieurs témoignages recueillis.

Découvrez la totalité du contenu des vidéos,  « Retour naturel ou réintroduction des loups ? A vous de juger ».



Liens :
Les ventes de vin en primeur : un partage des risques entre viticulteurs et négociants
Entreposage de céréales : risque d’explosion (ATEX)
Les marques collectives régionales, une protection de l’identité
Accident nucléaire : quelles conséquences pour l’agriculture française ?

Tous vos EPI: masque phyto, gants... sur notre boutique !

Agrisur Boutique EPIAgrisur Bourique EPI

Quelques entreprises partenaires

;      Centre d'observation catastrophes naturelles

suivez-nous :      facebook                           Twitter

Abonner-vous : Flux RSS