Vous êtes ici

Pêche responsable : la publicité Intermarché condamnée

print printmail
Partager cet article :

 

Pêche responsable - Polémique Intermarché

 

 

 

La communication en matière de production naturelle (pêche, agriculture, agroalimentaire) est une affaire sensible qu’il faut bien maitriser. L’effet boomerang peut être dévastateur en terme d’image.  Illustration avec le cas Intermarché.

 

 

Le groupe des Mousquetaires est le seul parmi la grande distribution française à posséder sa propre flotte de pêche (la Scapêche).  Il a voulu communiquer sur sa politique « responsable » de pêche.

Le 22 Juin 2012 le groupe Intermarché a vu sa publicité retoquée par le jury de déontologie publicitaire (JDP). Cette décision  a été rendue suite à une plainte pour publicité mensongère déposée par l’association Bloom, une ONG qui se donne pour mission de sensibiliser le public à la protection des milieux marins.

La publicité en cause, mettait en avant l’engagement du groupe en matière de pêche responsable par l’accroche suivante « Quand les Mousquetaires s’engagent pour une pêche responsable, ce n’est pas un coup d’épée dans l’eau ». Or, selon ce jury, cette publicité n’était pas conforme aux recommandations faites par L’ARPP (autorité de régulation professionnelle de la publicité) en matière de développement durable.

Par ce slogan, on pouvait en effet penser que le groupe joue « un rôle déterminant  dans le maintien durable de la pêche en France, la préservation et le renouvellement des ressources marines ». De plus, le logo « pêche responsable » présent sur cette affiche ressemblait étrangement au label officiel de la Marine Stewardship Council.  Il y avait donc lieu d’induire le consommateur en erreur. 

Incohérence d’image pour Intermarché

L’effet d’une campagne de communication peut être néfaste si l’écart est trop grand entre le message et la réalité, perçue ou non. Depuis quelques années, Intermarché a modifié son message et communique désormais sur la notion de « Pêche durable » mais se fait régulièrement vilipender par les ONG et associations telles que Greenpeace ou Bloom, qui l’accusent pour sa pêche de chalutage en eaux profondes, utilisant des filets qui ratissent les fonds marins et causent des dégâts et des gaspillages de ressources marines.

Intermarché prétend au contraire que sa technique protège l’environnement, et a demandé que l’écolabel MSC lui soit accordé.  Des discussions sont en cours au Parlement Européen et des évaluations techniques ont été demandées.

 




Tous vos EPI: masque phyto, gants... sur notre boutique !

Agrisur Boutique EPIAgrisur Bourique EPI

Quelques entreprises partenaires

;      Centre d'observation catastrophes naturelles

suivez-nous :      facebook                           Twitter

Abonner-vous : Flux RSS