Vous êtes ici

Prévention du mal de dos : les aménagements ergonomiques

print printmail
Partager cet article :
Contrairement à un préjugé répandu, les articulations vertébrales usées ne sont pas toujours douloureuses, sauf dans les cas d’arthrose. En revanche, certains facteurs sont fortement  susceptibles de provoquer des maux de dos et d’accélérer le vieillissement de la colonne vertébrale en causant des lésions.
prévention mal de dos - risque professionnel agricole
 
 
 

Ces lésions ne sont pas nécessairement douloureuses, mais c’est malheureusement assez rare (certaines hernies discales par exemple). En cas de douleur au dos, il faut rapidement consulter un médecin généraliste : il peut conseiller, orienter vers des spécialistes ou prescrire des examens plus approfondis si besoin. Si des gestes adaptés permettent de prévenir le mal de dos, ils ne sont néanmoins pas suffisants. En effet, s’ils sont observés scrupuleusement pendant les périodes de douleurs dorsales, ils sont souvent négligés une fois le mal passé. L’application de gestes plus adaptés est importante, mais il faut aussi essayer de rendre le lieu de travail le moins contraignant possible, en l’aménageant au niveau du matériel, de la disposition des lieux, de façon à faciliter les tâches à effectuer.  Peut-on éliminer le risque ? Si la réponse à la cette question est négative (manque de place, de budget, impossibilité pratique…), il faut se demander comment parvenir à réduire le risque.
 

La disposition des lieux

 
Les réflexions suivantes s’appliquent surtout dans le cas d’un travail à un endroit fixe (un atelier par exemple) ou en des lieux où l’on est amené à exécuter un travail en posture debout. Un des objectifs  principaux est d’éviter les postures en flexion ou en rotation du tronc.
 
  • Le plan de travail

Le mieux est d’utiliser une table ou plan de travail avec hauteur variable, qui s’adapte à la taille de la personne qui l’utilise, mais si cela n’est pas possible, on peut choisir une hauteur fixe par rapport au type de travail à effectuer et à la taille de la personne. Si deux personnes de tailles différentes travaillent à cette table, le mieux est de choisir une table adaptée à la plus grande personne, la plus petite pouvant se rehausser à l’aide d’une caisse. L’inclinaison du plan de travail permet d’avoir une meilleure vision des objets et de leur disposition, et évite de se pencher excessivement pour attraper les objets. Pour éviter les risques de douleurs à l’épaule, il est judicieux de ne pas mettre les objets au-dessus de la hauteur de l’épaule. En ce qui concerne les salles de traite, elles doivent comporter des fosses ou des plateformes relevables.
 
  • L’espace et l’environnement

Un espace pour les pieds et les genoux (sous la forme d’un renfoncement au niveau du sol par exemple) peut être aménagé : ainsi, on est plus près du plan du plan de travail et on n’a pas besoin de se pencher. Lorsqu’on est assis, il est plus agréable et pratique d’avoir un large espace sous la table, pour plier les genoux et étendre les jambes comme bon nous semble. Le rangement doit se faire selon la fréquence à laquelle on les utilise. Un bon rangement permet aussi d’éviter que les objets se perdent, tombent ou nous fassent tomber. Les surfaces de circulation doivent être dégagées : un sol propre, sec, aplani et dégagé évite les chutes et les faux pas, et permet un accès aisé au poste de travail ainsi qu’aux endroits de rangement et de stockage. Veillez aussi à ce que les échelles et les escaliers soient en bon état, facilement praticables. Si c’est possible, on peut aussi les remplacer par des monte-charges, pratiques pour la manutention. L’éclairage doit être homogène et éviter les trous noirs et les endroits éblouissants. Il doit être bien dosé pour ne pas aveugler ou fatiguer les yeux par sa faible intensité. Le type de siège doit être adapté en fonction du travail quotidien : si les tâches à accomplir ou le plan de travail nous obligent à rester debout, on peut alors installer un siège haut, qui permettra de varier les positions sans prendre de mauvaises postures (trop se pencher, s’accroupir…)
 
  • La position assise

Lorsque l’on est assis, notre colonne vertébrale ne suit plus ses formes naturelles car le dos est plus courbé. Quelles sont les précautions à respecter pour éviter pour s’épargner les maux de dos qui en découlent ? Il existe quelques solutions pour garder la courbure naturelle du dos, et ainsi éviter les douleurs :
 
✒ Garder un angle ouvert (supérieur à 90°) entre le tronc et les cuisses en inclinant le siège en avant et en repoussant le dossier vers l’arrière. Certains sièges de bureau ou de véhicules utilitaires peuvent varier leur inclinaison, nous permettant d’avoir une bonne posture quelle que soit l’activité que nous pratiquons (pour écrire nous sommes penchés, alors que pour réfléchir on peut se laisser aller contre le dossier)
 
 
✒ Placer une bosse (un coussin par exemple) au niveau du creux du dos pour maintenir sa courbure. Cette bosse peut aussi être directement incorporée au dossier du siège.
 
 
✒ Si vous vous asseyez sur un tabouret, il faudra contracter les muscles du dos pour maintenir le dos en place. Comme il est difficile de maintenir cette contraction musculaire plus de quelques minutes, il est préférable de choisir un siège avec dossier, surtout si cette position doit être maintenue plusieurs heures d’affilée.
 
 
✒ Varier les positions. Attention, même une position confortable peut se révéler nocive pour l’organisme à la longue.
 
 

Le poste assis avec écran d’ordinateur

 
Même si on n’a pas l’impression de faire travailler son corps lorsqu’on travaille à un bureau, il existe néanmoins des postures, des gestes répétés qui peuvent causer des troubles musculosquelettiques (TMS). 
 
  • Table

La table doit être assez large et profonde pour vous permettre d’y déposer l’ordinateur au fond, et vos documents sur le devant. Veillez à ne pas vous tenir trop près de l’ordinateur (2 mètres minimum), cela pourrait vous fatiguer les yeux.
 
  • Repose-pieds

Il est important, lorsqu’on est assis, d’avoir les pieds posés au sol. Si les vôtres ne le touchent pas, vous pouvez acheter un repose-pied, de préférence réglable, inclinable et assez large pour mettre les deux pieds et permettre plus sieurs positions.
 
  • Chaise

Il est préférable d’acheter une chaise de bureau réglable, elle sera plus confortable et adaptée, surtout si plusieurs personnes s’en servent (adaptation à la taille et au poids de la personne). Pensez à la régler au niveau de l’assise pour être à la bonne hauteur mais aussi au niveau du dossier et des accoudoirs. Les coudes doivent être situés à la même hauteur que la table. Pour un travail actif, comme la rédaction, préférez incliner le siège vers l’avant ; pour un travail passif, comme réfléchir ou téléphoner, vous pouvez laisser le siège à l’horizontale ou le pencher vers l’arrière.
 
  • Ordinateur

Si vous voulez éviter les reflets et éblouissements, placez votre ordinateur perpendiculairement aux fenêtres. De même, placez-le face à vous pour éviter de garder la tête tournée quand vous le consultez. Pas trop proche du bord du bureau, et très légèrement incliné pour éviter les douleurs au poignet
 
Il faut acheter une souris adaptée à la taille de sa main


Liens :
Un bétail stressé augmente le risque de blessure pour les éleveurs
La maladie du « poumon de fermier »
Machines agricoles : moins d’accidents, mais plus graves
Enquête nationale sur les risques professionnels : particularités du salarié agricole

Tous vos EPI: masque phyto, gants... sur notre boutique !

Agrisur Boutique EPIAgrisur Bourique EPI

Quelques entreprises partenaires

;      Centre d'observation catastrophes naturelles

suivez-nous :      facebook                           Twitter

Abonner-vous : Flux RSS