Vous êtes ici

Bouchons alternatifs défectueux : les risques subsistent…

Viticulture
print printmail
Partager cet article :

 

Dernière étape avant la commercialisation, la mise en bouteille et le bouchage sont aussi des opérations à risque, moins par la technicité qu’elles exigent mais par la qualité de l’obturateur choisi et de l’environnement dans lequel les opérations sont pratiquées. Quel que soit le système de bouchage adopté, un bouchon défectueux est en effet capable d’anéantir à lui seul un vin correctement vinifié.

 

Bien choisir son bouchon c’est aussi bien connaître son produit. De nombreux viticulteurs ont ainsi fait le choix de la capsule à vis pour des vins jeunes, qui présenterait également l’avantage de préserver le fruité et la fraîcheur du vin et de ne pas l’altérer par des nez de plastique comme cela peut-être parfois constater sur des bouchons synthétiques.

 

Depuis plusieurs décennies, le liège fait face à une concurrence acharnée des bouchons dits « alternatifs ». Mais si ces bouchons synthétiques ont des qualités appréciables et un prix défiant toute concurrence, ils ne conviennent pas encore pour la conservation des vins de garde. Comme le liège, certains bouchons laissent passer l’oxygène (ainsi que des molécules venant de l’extérieur et pouvant altérer le goût du vin) et absorbent les molécules aromatiques. Comble de l’ironie, ils peuvent aussi donner au vin un goût de… plastique !

 

Les capsules à vis constituent aussi une alternative, notamment pour les vins frais, légers et fruités, car elles sont hermétiques. En revanche, la capsule serait plus sensible aux chocs, (risque de coulure et d’oxydation), obligeant les vins à être stockés debout. Elle engendrerait aussi un possible goût de réduit (œuf pourri, caoutchouc).

 

Chaque bouchon a ses qualités et ses défauts, et chaque vin trouvera le bouchon le mieux approprié à se qualités et son marché. Tous les systèmes de bouchage comportent des risques d’altération du produit, cet inconvénient n’est donc malheureusement pas seulement réservé au liège. Lui seul cependant possède l’avantage d’être une matière naturelle (donc recyclable), comme le contenu de la bouteille.

 

Limiter les risques par une sélection avisée de son fournisseur

Cette solution peut paraître évidente, cependant quel que soit le mode de bouchage adopté,  bien sélectionner son fournisseur permet de limiter les risques. Connaître sa façon de travailler, sa « philosophie » d’entreprise, ses équipements, sa capacité de production, son éventuelle labélisation, ses moyens et ses orientations de recherche et d’innovation sont autant de manière d’évaluer sa fiabilité.



Liens :
Baisse des produits phytosanitaires en 2015
Video : lutter contre les TMS lors de la taille de la vigne
Le dépérissement des vignes inquiète la filière viticole
La viticulture mondiale affectée par les tremblements de terre

Lire les autres sujets

Tous vos EPI: masque phyto, gants... sur notre boutique !

Agrisur Boutique EPIAgrisur Bourique EPI

Quelques entreprises partenaires

;      Centre d'observation catastrophes naturelles

suivez-nous :      facebook                           Twitter

Abonner-vous : Flux RSS