Vous êtes ici

Le dépérissement des vignes inquiète la filière viticole

Viticulture
print printmail
Partager cet article :

Dépérissement des vignobles

 

 

Les rendements des vignes françaises diminuent. Et ce n’est pas uniquement les effets du dérèglement climatique ou la conséquence d’une réduction volontaire de la production pour améliorer la qualité.  

 

 

 

Pathologies diverses (maladies du bois), pratiques environnementales, traitements phytosanitaires excessifs, les causes sont diverses. Elles ont été constatées depuis 40 ans environ, le phénomène n’est donc pas nouveau.  Accompagnés d’Agrimer, les professionnels de la vigne se penchent sur ce phénomène inquiétant aux conséquences économiques considérables. Ils ne comprennent pas encore le phénomène dans sa globalité, mais cherchent à mieux l’appréhender.

 

A l’occasion du 8ème forum environnemental organisé par le CIVB (Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux)le 20 janvier 2016, le sujet de la pérennité de la production des vignobles français a été une nouvelle fois abordé.

 

Un manque à gagner conséquent

La moyenne nationale des rendements oscille autour de 54hl/ha pour les AOC.  Le rendement moyen de la vigne française a reculé de 4,6hl par hectare entre 2008 et 2014, soit une perte de plus de deux millions d’hectolitres par an, la baisse régulière est estimée à 5% par an !  Financièrement, cette perte se chiffre à près d’un milliard d’euros pour la production viticole nationale, l’un des piliers économiques de l’agriculture française. Et ce chiffre n’intègre pas les impacts du coût de traitement et de remplacement des manquants, les frais de main d’œuvre supplémentaires, et le « dépérissement » du foncier.

15% du vignoble français serait affecté par des maladies du bois de la vigne.  Si la tendance actuelle se poursuit jusqu’en 2020, une étude menée sur le sujet évoque une perte moyenne supplémentaire de 9 Hl par hectare, il est temps d’agir !

 

Des causes multifactorielles

Pour expliquer la perte de qualité et de rendement des vignobles, plusieurs causes sont mises en avant : maladies, qualité des plants utilisés, certaines pratiques culturales (modes de taille, périodes d’intervention, taille et vendanges…), le climat bien sûr,  le sol, mais aussi les usages de pesticides dans le passé pour obtenir des rendements antérieurs élevés. Cependant, le cabinet d’étude BIPE qui a été mandaté par Agrimer et le CNIV rappelle que malgré ces explications, il n’y a pas de réelle réponse globale et satisfaisante au phénomène.

Le dépérissement des pieds de vigne inquiète la filière car cela remet en cause sa compétitivité. Pour regrouper les indicateurs économiques et sanitaires, afin de lutter efficacement contre ce phénomène, un observatoire national du vignoble va être crée, et localement en Gironde, son équivalent est dénommé Vigie-Vigne.

Avec le soutien du Ministère de l’Agriculture, ce plan d’action visant à lutter contre l’appauvrissement du vignoble se met en place au niveau national depuis début 2015 pour allouer des budgets à la recherche, comprendre les facteurs biologiques, environnementaux et viticoles à l’origine du dépérissement des ceps de vigne, et trouver les solutions adaptées à la lutte contre ce fléau. 

 

Il est en effet grand temps d’agir en y mettant les moyens nécessaires, pour le producteur de Saint Emilion François-Thomas Bon, qui s’est exprimé en tant que témoin, il s’agit selon lui d’une cause nationale. Il a demandé que les interprofessions s’organisent pour un plan de lutte commun, et que les actions déjà engagées par le CNIV avec l’IFVV et Agrimer soient poursuivies et développées. Il faut en effet dépasser le cadre régional, et mutualiser la recherche et les budgets au niveau national, voire européen.

 

Limite maximale de résidus

Interrogé sur le sujet, le président du Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux, Bernard Farges, s’est déclaré favorable à une limite maximale de résidus (LMR) dans les vins, et que cela soit mesurable et contrôlé.

 

Sur le même sujet:

La viticulture mondiale affectée par des tremblements de terre

Contamination du vin par le TCA



Liens :
Baisse des produits phytosanitaires en 2015
Video : lutter contre les TMS lors de la taille de la vigne
La viticulture mondiale affectée par les tremblements de terre

Lire les autres sujets

Tous vos EPI: masque phyto, gants... sur notre boutique !

Agrisur Boutique EPIAgrisur Bourique EPI

Quelques entreprises partenaires

;      Centre d'observation catastrophes naturelles

suivez-nous :      facebook                           Twitter

Abonner-vous : Flux RSS