Vous êtes ici

Les seniors : moins d’accidents, mais plus graves

Générales
print printmail
Partager cet article :

 

Avec un âge moyen de 49 ans dans la population active agricole, les seniors occupent nécessairement une place prépondérante. Les jeunes rentrent plus tard dans la vie active à cause de l’allongement de la durée des études et de la difficulté à trouver un emploi, et les actifs ont repoussé l’âge de leur retraite, si tant est que ce terme ait un sens dans le secteur agricole traditionnel. L'expérience des séniors diminue le nombre d'accident, mais pas la gravité.

 

Dans une étude intitulée « Accidents du travail : quelles particularités chez les séniors », l’Institut National de Recherche et de Sécurité (INRS) a examiné l’ « accidentologie » des seniors : quels types d’accidents ? Quelle fréquence ?  Pour quelles conséquences ?

 

Le paradoxe du vieillissement

Les séniors sont souvent des personnes plus expérimentées, qui ont acquis de meilleurs réflexes de sécurité et d’anticipation des dangers, ce qui entraine une meilleure évaluation des situations à risques. Les séniors ont une attitude plus responsable que les jeunes par rapport à la sécurité et à la santé, et ils sont plus attentifs aux procédures de sécurité.

 

La Caisse Nationale d’Assurance Maladie des Travailleurs Salariés a publié en 2007 une étude témoignant qu’à une durée d’exposition égale, les salariés de 50 à 59 ans ont deux fois moins de chance d’avoir un accident par rapport aux personnes entre 20 et 29 ans.  Ainsi, le nombre des accidents diminue avec l’âge.

 

Mais avec l’âge, les capacités fonctionnelles deviennent moins performantes,  l’ouïe moins fine, la vision moins nette, bref on réagit moins vite…  Ce déclin des capacités physiques et sensorielles entraine donc une exposition accrue aux accidents.

 

Différents types d’accidents pour différentes tranches d’âge

Les types d’accidents sont également différents selon les tranches d’âge : les accidents de la route, les chutes en hauteur, les accidents de plain-pied, les accidents de manutention manuelle et les malaises apparaissent plus fréquemment chez les travailleurs à partir de 40 ans.

  • Le risque de circulation (routière ou en tant que piéton) est le premier à être mentionné : la baisse de la vue, de l’audition ou une marche plus lente augmente le risque de se faire renverser par des véhicules et engins qui font marche arrière ou lorsqu’on traverse la route.
  • La chute de hauteur est le deuxième type d’accident le plus fréquent chez les séniors. Ces chutes apparaissent le plus souvent dans le cadre d’activités exceptionnelles comme la maintenance ou la réparation, qui occasionnent des pratiques ou des situations de travail dangereuses. 
  • Le malaise est une autre cause d’accident des séniors mentionnée dans l’étude. Cet incident arrive le plus souvent dans une situation de stress, ou de surcharge de travail.

Les jeunes, en revanche, ont beaucoup d’accident de tous types, impliquant des masses en mouvement, des machines (risques électriques, thermiques et chimiques), des outils et des appareils.

 

Des arrêts de travail moins fréquents mais plus longs

Si les séniors ont moins d’accidents que leurs cadets (la fréquence est même jusqu’à 4 fois plus faible si on la compare avec les moins de 20 ans), les conséquences sont en revanche plus graves. 

A partir de 40 ans, la durée des arrêts commence à croitre, et elle augmente avec l’âge. La durée moyenne des arrêts est trois fois plus longue chez les plus de 50 ans.

 

Ces arrêts maladie prolongés s’expliquent par les séquelles, qui sont plus fréquentes et plus importantes : il est en général plus difficile pour un sénior de se rétablir après un accident. Les travailleurs plus âgés subissent des incapacités permanentes en moyenne plus fortes, et les complications suite à l’accident sont également plus nombreux.

 

Plus d’accidents mortels

En 2009, la Commission européenne a rapporté qu’il existait une surreprésentation des seniors dans les accidents de travail mortels.

Chez les plus de 45 ans, 72% des accidents sont mortels, contre 56% chez les moins de 45 ans.

Selon la Commission Européenne, 52,3% des chutes mortelles concernent des personnes plus âgées

Si les chutes de plain-pied sont peu mortelles, elles sont en revanche à l’origine de beaucoup de jours d’arrêt de travail.

 

Un travail de sensibilisation en continu

Si le comportement plus responsable des seniors vis-à-vis de la sécurité, il faut cependant noter que l’expérience professionnelle ne protège pas complètement les seniors.  La formation et la sensibilisation aux risques sont donc tout aussi importantes chez les jeunes travailleurs que chez les travailleurs plus expérimentés.

 

Ce constat est corroboré par une étude de la MSA publiée en décembre 2010, qui montre que les salariés ayant une faible ancienneté dans l’entreprise (moins d’un an) sont les plus touchés par les accidents. Ils représentent  31,9 % des victimes sur trois années cumulées (de 2007 à 2009). La même étude met en évidence les salariés d’au moins 20 ans d’ancienneté qui représentent 17 % des accidentés.

 

La formation est un moyen essentiel pour prévenir les accidents chez les jeunes mais également chez les seniors : pour travailler en toute sécurité, il faut être informé  de toutes les particularités de l’établissement, des machines et des spécificités du travail demandé.  Seules les personnes formées et possédant les capacités requises au travail demandé peuvent l’accomplir, et l’âge n’intervient pas comme un critère déterminant.

 

La prise de risque résulte souvent d’un manque de formation ou de l’ignorance des spécificités d’une situation de travail ou lorsqu’on est à proximité d’une partie dangereuse d’une machine, circonstances qui peuvent arriver à tout moment, quel que soit l’âge du travailleur.

 

                                                                                                                                            Agathe Cros



Liens :
Video : le collectif d’éleveurs L113 sensibilise l’opinion sur les souffrances infligées par le loup
Cadre légal du DUER dans une exploitation agricole
Un accident de tracteur provoque un incendie et prive d'électricité 250 foyers
Lisier agricole : attention danger

Lire les autres sujets

Tous vos EPI: masque phyto, gants... sur notre boutique !

Agrisur Boutique EPIAgrisur Bourique EPI

Quelques entreprises partenaires

;      Centre d'observation catastrophes naturelles

suivez-nous :      facebook                           Twitter

Abonner-vous : Flux RSS