Vous êtes ici

Les feux de brousse et de forêt: comment lutter ?

print printmail
Partager cet article :

Depuis une bonne décennie, les incendies défrayent régulièrement la chronique estivale, et impressionnent par leur ampleur dévastatrice et l’apparente impuissance des hommes à les combattre.  De plus en plus, les chercheurs les relient au changement climatique. 

Prévenir un incendie pour moins de dommage

Si les incendies sont heureusement exceptionnels dans nos régions septentrionales, ils sont parfois dévastateurs plus au sud. Contrairement aux idées reçues, on peut se prémunir contre ce risque, et il existe quelques consignes simples à appliquer pour éviter que le feu ne prenne, ou tout du moins ne se propage. Outre préserver l’exploitation, cette prévention pourrait sauver des vies humaines.

 

Durant les longues périodes combinant chaleur et sècheresse, toutes les plantes peuvent s’embraser. Plusieurs facteurs influencent l’intensité des feux de forêt et leur propension à endommager ou détruire les infrastructures. Si on ne peut rien faire concernant certains facteurs comme la météorologie ou la topographie du terrain, on peut en revanche prendre des précautions quant à la disposition des bâtiments et de la végétation sur la propriété.  

Cette disposition des arbres et des plantes influence beaucoup la façon dont la chaleur se propage, et joue ainsi sur l’avancée de l’incendie. Entre en jeu également dans la lutte contre l'incendie: les plantes coupe-feu !

 

Voici quelques conseils pour utiliser au mieux la disposition de la végétation, et ainsi minimiser le risque d’un incendie.

Maison et batiments

  • Inspectez les cheminées tous les ans et couvrez-les avec des pare feu pour empêcher les étincelles et les braises de rentrer par le conduit.
  • Utilisez du matériel qui résiste au feu lorsque vous rénovez des infrastructures : vous pouvez rendre vos bâtiments plus ignifugés en utilisant des matériaux résistants aux flammes (briques, pierres, métal, asphalte, tuiles plutôt que bois).  Méfiez-vous des revêtements en vinyle, qui peuvent exploser au contact de trop fortes chaleurs.
  • Pour vos fenêtres, vous pouvez utiliser du verre trempé afin qu’elles n’éclatent pas. En ce qui concerne des rideaux, veillez à ce qu’ils soient ininflammables, au cas où ils rentrent en contact avec des braises.
  • Si certaines parties de votre maison sont en bois (toiture, revêtement, volets, terrasse…), vous pouvez les traiter avec des produits ignifugeants pour réduire le risque inflammabilité.

 

Taille des arbres

  • Si vous êtes dans une zone à risque, supprimez les arbustes, cela espacera les plus grands arbres et le feu aura alors plus de mal à se propager d’un arbre à l’autre. Cette zone pourra faire office de tampon entre la nature environnante et l’espace que vous souhaitez défendre.
  • Entretenez vos arbres : taillez-les afin qu’ils soient séparés d’au moins cinq mètres au niveau de leurs cimes, et supprimez leurs branches qui se trouvent à moins de 4 mètres du sol afin d’éviter que le feu ne se propage en hauteur.
  • Créez des petits îlot d’arbustes, que vous taillerez également pour les maintenir à au moins trois mètres les uns des autres, qu’ils gardent leurs feuilles au-dessus du sol et qu’ils aient un forme ouverte et plate. Evitez les arbustes coniques, qui pourraient s’enflammer directement par le haut.

 

Aménagement de l’exploitation

  • Aménagez des bandes de terre vierges de toute végétation, afin que le feu ne se propage pas. Ces bandes peuvent être naturelles (rivières, ruisseaux…) ou construites par l’homme (routes, champs labourés…).  Vous pouvez mettre du gravier entre les plates-bandes de fleurs et sur les chemins. Les pelouses ou prés doivent être tondus, et les pourtours des buissons et arbustes doivent l’être plus court encore.
  • Utilisez les piscines, les chemins, les routes, les murs et cours en pierre pour faire barrage au feu. Créez un espace défendable ou libre (« open space ») de végétation autour de vos bâtiments d’habitation et d’exploitation.  Cette zone permettra une meilleure intervention des forces de sécurité du feu.  Cet espace doit s’étendre jusqu’à au moins dix mètres autour des bâtiments. 

Vous devez enlever les branches basses des arbres (celles qui se situent à moins de trois mètres de hauteur), séparer les parterres de plantes et enlever toute végétation inflammable à proximité immédiate des arbustes et arbres. Si vous habitez une zone en pente, prévoyez un espace libre plus grand, d’environ 30 mètres autour de la maison ou de l’exploitation.

  • Veillez à avoir une source d’eau accessible pour les pompiers.  Si vous n’en avez pas, vous pouvez recueillir l’eau de pluie dans une citerne, ou partager un réservoir avec vos voisins.  Un minimum de 10 000 litres (ou 10 m3) est nécessaire, et au delà c’est mieux bien entendu. Indiquez clairement  l’endroit où se trouvent les sources d’eau à utiliser en cas d’urgence, et veillez à ce que leur accès soit facilité.
  • Entreposez le bois de chauffage et le matériel combustible loin des bâtiments, dans des endroits appropriés.  Nettoyez autour des piles de bois.  Nettoyez l’accès à vos caillebotis.
  • Dans votre espace défendable, vous pouvez planter du gazon ou des fleurs si ces derniers restent verts et arrosés pendant la saison des incendies. Ne plantez pas des buissons devant les fenêtres
  • Gardez accessibles des outils pour combattre le feu (pelle, râteau, seau d’eau, échelle).

 

Diminution des combustibles :

C’est bien connu, le feu a besoin de 3 éléments (« le triangle du feu ») pour fonctionner : une énergie (étincelle…), un comburant (oxygène) et un combustible (bois…). Supprimez l’un seul de ces 3 élements, et le feu s’éteint. 

Un bon moyen de limiter la propagation d’un incendie, c’est de supprimer son carburant, où d’en compliquer l’accès.

 

  • Enlevez du sol les branches et débris végétaux qui s’enflamment facilement, ainsi que les aiguilles de pin ou les feuilles mortes.  Ce genre de combustible affecte la rapidité du feu et le porte, causant l’embrasement des habitations dans la plupart des cas.  Veillez également à ce que les caniveaux, les gouttières, les toits et les dessous de terrasses soient propres et dégagés.
  • Réduisez les combustibles sur les zones entre votre exploitation et son environnement, cela diminuera l’intensité du feu avant qu’il n’atteigne les zones habitées.  Pour cela, il y a plusieurs techniques : l’écobuage (ou débroussaillement par le feu – à pratiquer dans les règles et avec les autorisations nécessaires), la réduction mécanique (enlever les combustibles avec une tondeuse ou une débroussailleuse),  chimique (herbicides) ou les animaux de pâture, comme les chèvres.

 

Précautions diverses :

  • Prévoyez et répétez des plans d’évacuation en cas d’incendie.
  • Prenez toutes les précautions qui s’imposent pour barbecues et feux de camp. Enterrez les cendres. En période de sècheresse, ne prenez pas de risques inutiles. En tout temps, respectez les restrictions et interdictions émises par les autorités administratives.
  • En période de danger, hydratez régulièrement vos plantes et les abords de votre exploitation.

Mots clés: 

Liens :
La sécheresse du Midwest: la plus grande catastrophe naturelle agricole des temps modernes
Grêle non annoncée : Météo-France responsable ?
Catastrophes naturelles : le déni de réalité
Le risque climatique peut-il être maitrisé ?

Tous vos EPI: masque phyto, gants... sur notre boutique !

Agrisur Boutique EPIAgrisur Bourique EPI

Quelques entreprises partenaires

;      Centre d'observation catastrophes naturelles

suivez-nous :      facebook                           Twitter

Abonner-vous : Flux RSS