Vous êtes ici

Quelles plantes pour empêcher la progression des incendies ?

print printmail
Partager cet article :

Dans les régions marquées par la sècheresse, les incendies constituent en été un risque majeur, notamment pour les exploitations arboricoles et viticoles implantées à proximité d’espaces boisés.

Face à des sinistres sans précédent, il existe néanmoins des solutions. La coupure agricole, visant à construire une limite entre la forêt et les champs cultivés, apparait comme une bonne solution dans certaines configurations.  Quelles plantes sont les plus à même de stopper les flammes, et quel rôle jouent-elles ?

plante coupe feu: la vigne

 

La vigne

La vigne agit comme un coupe-feu efficace.  A tel point que dans le sud de la France, lorsque le relief le permet, certaines routes forestières sont bordées de vigne. 

Selon Michel Bourzeix, directeur de recherches honoraires à l’INRA et interrogé par vitisphère.com, la vigne demeure un excellent  coupe-feu. « En arrivant sur la vigne, l’incendie cause de gros dégâts à celle-ci au niveau des première rangées, mais le feu ne passe pas. ».

Il faut néanmoins savoir qu’en cas de feu de brousse à proximité, la chaleur et les fumées peuvent sérieusement endommager les fruits à maturité, les feuilles, voire les plants eux-mêmes. Les vignes vertes, en pleine croissance, ne sont que peu susceptibles de prendre feu. Les séquelles de l’incendie ne montrent que des feuilles desséchées, incapable de nourrir les grappes de raisin.

Les vins issus de ces vignes exposées développent des notes de plastique brûlé, de viande fumée, de cendres. Des études menées par des chercheurs australiens montrent que ce défaut peut même augmenter si le contact entre la baie et la fumée est proche de la vendange. Il s’intensifie également avec le vieillissement du vin en bouteille. Pour limiter l’intensité de ce goût de fumée, des essais montrent que des macérations courtes sont recommandées, couplées avec l’usage de levures sélectionnées et de tanins œnologiques.

Quoiqu’il en soit, il faut considérer que les vignes installées en pare-feu, peuvent subir des dommages, et que cela est fait dans le but de protéger le reste de l’exploitation.

La disposition des vignes peut permettre de limiter la propagation d’un incendie d’une partie vers une autre d’un domaine viticole, à condition que ces vignes soient distantes d’au moins dix mètres d’une zone boisée ou de bâtiments.

 

Les châtaigniers

Le tapis de feuilles dont ils recouvrent le sol peut s’enflammer, cependant ce feu devrait  s’éteindre rapidement. En outre, les châtaigniers sont réputés pour limiter la propagation du feu car ils sont peu combustibles.

 

Les oliviers

Les oliviers forment non seulement une bonne coupure de combustible, mais ils maintiennent également une excellente rugosité au vent, dès qu’ils ont atteint l’âge adulte.

 

La truffe

Une truffière bien entretenue, avec un sol propre par paillage ou par griffage est également un excellent coupe-feu. 

 

Les végétaux constituent un bons coupe-feu, mais quelles sont les autres moyens de lutter contre les incendies?



Liens :
La sécheresse du Midwest: la plus grande catastrophe naturelle agricole des temps modernes
Grêle non annoncée : Météo-France responsable ?
Catastrophes naturelles : le déni de réalité
Le risque climatique peut-il être maitrisé ?

Tous vos EPI: masque phyto, gants... sur notre boutique !

Agrisur Boutique EPIAgrisur Bourique EPI

Quelques entreprises partenaires

;      Centre d'observation catastrophes naturelles

suivez-nous :      facebook                           Twitter

Abonner-vous : Flux RSS