Vous êtes ici

Comment protéger vos bouteilles de la contrefaçon ?

Viticulture
print printmail
Partager cet article :

 

Comment protéger vos bouteilles de la contrefaçon ? 

La contrefaçon a toujours existé. Cependant, avec l’augmentation vertigineuse du prix de certaines bouteilles et l’image de luxe auxquels ces mêmes vins sont associés, la contrefaçon d’aujourd’hui offre un tout autre visage. Loin des imitations vulgaires, quoique toujours présentes, les techniques comme les réseaux se modernisent et le phénomène de « refiling », qui consiste à récupérer les bouteilles vides pour les remplir avec de la piquette ne fait que croître.

 

 

Face à ce phénomène croissant, des sociétés se sont spécialisées et offrent aujourd’hui des moyens de lutte intéressants.  Panorama :

  • E provenance a mis au point une carte dotée d’une étiquette RFID, capable d’enregistrer des variations de température et d’humidité au cours d’un transit. Ce système permet de vérifier depuis un Smartphone que le vin n’a pas été dénaturé en suivant les lieux par lesquels les caisses sont passées.
  • Proftag s’est spécialisé dans le code à bulle apposé sur les scellés qui protègent soient les bouteilles ou les caisses de vin. Chaque constellation de bulle est unique et impossible à reproduire.  De plus chaque code à bulles est associé à un identifiant unique (Datamatrix ou QR code). L’ensemble est inclus dans une étiquette qui assure l’inviolabilité et l’authenticité de la bouteille.
  • Advanced Track and Trace(ATT) : Connue dans le monde du transport,  cette société a mis en place un système de traceurs et de codes numériques. Sa solution :  Spy Seal, un sticker directement collé sur le goulot de la bouteille qui permet de lutter efficacement contre le remplissage des bouteilles. La lecture du code propre à chaque sticker permet à l’aide d’un Smartphone de rentrer en contact avec le producteur et de vérifier la validité du produit. Equipé d’un hologramme de sécurité, ce système offre une sécurité en plus.
  • Athéor propose un système de protection par gravure sur le verre. Le but est de greffer des composés optiquement actifs sur le verre à l’aide d’une imprimante à jet d’encre. Le marquage est indélébile et peut – être visible ou invisible. On peut imprimer des QR codes, des logos, des caractères alphanumériques... L’imprimante se positionne directement sur la chaîne d’embouteillage pour un rendement de 3600 impressions par heure.
  • La société lyonnaise Sésame a développé le Cedar code. Chaque étiquette comporte un code unique et aléatoire, caché par une bande opaque. Au retrait de la bande, on découvre un code qu’il suffit d’envoyer par SMS au numéro indiqué. Si le code n’a jamais été envoyé, le produit est l’original. Si le code est faux ou qu’il a déjà été envoyé, le produit est contrefait.

 

A l’instar de ce qui se fait dans domaine cosmétique, différentes recherches sont actuellement menées pour introduire dans le vin, une molécule non altérante qui rend le contenu immédiatement identifiable.

Pour les bouteilles anciennes, les techniques utilisées sont très pointues puisqu’il s’agit d’utiliser la méthode de datation radiométrique. Par cette technique on peut dater l’origine du verre et savoir si celui-ci est antérieur ou non à l’ère de l’atome. En se basant sur la radioactivité dégagée, on est en mesure de savoir si la bouteille date d’avant le lancement de la première bombe H, ou plus récemment, avant le passage du nuage de Tchernobyl.

Ces progrès technologiques offrent des moyens de lutte intéressants contre la contrefaçon. Cette lutte passe également par une bonne protection juridique. Il est donc impératif de bien se protéger contractuellement lorsqu’on s’engage avec un importateur ou un distributeur.



Liens :
Baisse des produits phytosanitaires en 2015
Video : lutter contre les TMS lors de la taille de la vigne
Le dépérissement des vignes inquiète la filière viticole
La viticulture mondiale affectée par les tremblements de terre

Lire les autres sujets

Tous vos EPI: masque phyto, gants... sur notre boutique !

Agrisur Boutique EPIAgrisur Bourique EPI

Quelques entreprises partenaires

;      Centre d'observation catastrophes naturelles

suivez-nous :      facebook                           Twitter

Abonner-vous : Flux RSS