Vous êtes ici

Une nouvelle Assurance Prairie

Elevage
print printmail
Partager cet article :

sécheresse: perte de fourrage

 

Avec le réchauffement climatique, les prairies sont devenues sensibles aux aléas climatiques et principalement à la sécheresse. Les printemps anormalement chauds successivement en 2010 et 2011, puis à nouveau 2014 et dans une moindre mesure en 2015, sont venus le rappeler douloureusement aux agriculteurs.

 

 

Difficiles à estimer, les pertes de fourrage pénalisent lourdement les éleveurs. En effet, une diminution de la production fourragère va entrainer des dépenses supplémentaires par l’achat de nourriture pour leurs animaux ce qui va impacter fortement et directement leurs revenus.

 

Pacifica, filiale d'assurances dommages du Crédit Agricole Assurances, a lancé depuis le 15 juin 2015 un nouveau produit innovant nommé assurance fourrage ou assurance prairie.  C’est suite à l’appel à projets lancé par le ministère de l’Agriculture en 2009, que Pacifica a mis au point ce produit innovant et cette approche high tech pour les agriculteurs.

En partenariat avec Airbus Defence and Space, et grâce à des outils satellitaires et des indices de production de matière organique, cette offre va couvrir les prairies et permettre ainsi aux éleveurs de sécuriser leurs exploitations.

Cette assurance propose donc d’indemniser l’éleveur en cas de baisse de production fourragère de manière à ce qu’avec le capital versé et en cas de déficit, il puisse couvrir les besoins en alimentation de ses animaux.

 

Pacifica propose pour la prochaine campagne 2016, une cotisation nette de 10 €/ha de prairie qui va couvrir la production de fourrage annuel en comparaison à un historique de production. Ces données chiffrées sont des moyennes données. Sur le terrain, les tarifs seront ajustés selon le capital assuré (de 600 à 1.000 €/ha), la franchise choisie (de 10 à 50 %) et le niveau de risque dans la zone géographique.

Dans l’immense majorité des cas, le contrat ne nécessitera pas le déplacement d’un expert sur l’exploitation mais l’évaluation sera faite à partir d’un indice de pousse communal évalué par satellite et comparé à un historique.

Pour le calcul de l’indemnisation, Pacifica fait donc appel à Airbus Defense and Space qui utilisera ses images satellitaires pour enregistrer un indice de production fourragère. Ainsi, dans chaque commune française et tous les dix jours, Airbus réalisera des mesures de la pousse de l’herbe. Des images en stock de l’année précédente seront comparées à  la production de l’année en cours sur la commune de l’agriculteur, et sur la moyenne des années précédentes. Si la production est inférieure à la moyenne historique, une indemnisation pourra être versée à l’éleveur à hauteur de son coût de substitution.

 

Parallèlement, l’Ecole d’Agriculture de PURPAN à Toulouse a mis en place un protocole expérimental complexe qui permet d’analyser pour segment la concordance des mesures délivrées par les images satellites.

Selon Bruno Lepoivre, Adjoint au Directeur des Marchés de l’Agriculture et des Professionnels chez Pacifica, le test a été réalisé auparavant auprès de 224 exploitants dans trente départements différents. Il affirme que le produit rencontre aujourd’hui un franc succès d’estime chez les agriculteurs.

Thierry Langreney, directeur général de Pacifica s’est également réjoui devant la presse qu’« après trois ans de tests grandeur nature avec 300 éleveurs, nous avons mis au point un indice de suivi de la production d'herbe qui mesure la variation de la production fourragère par rapport à un historique de production».

A noter que l’assurance prairie couvre une baisse de la production fourragère, et non pas un tonnage.  Il est donc conseillé donc d’assurer l’intégralité des prairies de l’exploitation pour la production d’herbe entre le 1er février et 31 octobre de l’exercice de référence.

Aujourd’hui, les assureurs et les agriculteurs attendent de voir si les pouvoirs publics prendront en charge une partie de ces primes d’assurance, comme c’est le cas en grandes cultures et viticulture



Liens :
Agritourisme : prévenir les Risques d’infection et de blessure par les animaux
Stop patte : L’invention d’un éleveur normand pour se protéger des coups
Grippe aviaire : que faire pour endiguer durablement l’épizootie ?
Baisse des produits phytosanitaires en 2015

Lire les autres sujets

Tous vos EPI: masque phyto, gants... sur notre boutique !

Agrisur Boutique EPIAgrisur Bourique EPI

Quelques entreprises partenaires

;      Centre d'observation catastrophes naturelles

suivez-nous :      facebook                           Twitter

Abonner-vous : Flux RSS