Vous êtes ici

Le prix des assurances Cyber va-t-il augmenter ?

Générales
print printmail
Partager cet article :

Les agriculteurs sont de plus en plus présents sur internet, les ventes en direct augmentent fortement (vignerons, produits laitiers, maraîchers…).. Ces nouveaux modes de distribution exposent les agriculteurs aux risques cyber, qui affectent aujourd’hui tous les types d’entreprise, sans distinction de taille ou d’activité.

Les récentes cyber-attaques du rançongiciel « Wannacry » qui a affecté près de 280.000 ordinateurs professionnels en à peine un week-end, sont malheureusement une nouvelle fois, la meilleure publicité qui puisse être faite aux éditeurs d’antivirus et aux assureurs. 

Les assureurs n’avaient pas besoin de ce buzz pour développer la souscription de leurs polices de cyberassurance. Ce type de contrat a déjà connu un taux de croissance de 50% en 2016, après déjà plusieurs années de forte hausse de l’intérêt de la part des entreprises. Des compagnies comme Generali proposent désormais des couvertures à partir de 1000 euros par an, ce qui était inenvisageable il y a quelques années.

Les assurances cyber couvrent les dommages matériels (destruction de matériels et de données, frais expertise) causés par une attaque cyber, de même que la responsabilité de l’entreprise à l’égard de ses clients et de ses employés (vol de données), mais aussi perte d’exploitation, fraude et extorsion, et atteinte à la réputation. Le marché de la cyberassurance s’adresse à toutes les entreprises.

Le marché mondial de la cyberassurance est estimé à 3,5 Milliards de dollars, avec un triplement  attendu d’ici à 2020. Le potentiel de hausse est particulièrement élévé en France, car le taux de souscription des PME est encore inférieur à 10%, avec 50 millions € de primes seulement en 2016 selon la FFA (Fédération Française de l’Assurance). Les PME sont pourtant très nombreuses à être affectées par les virus et autres rançongiciels, car leurs défenses sont moins efficaces que celle des grands groupes qui disposent généralement d’une équipe et d’un budget sécurité dédiés.

Un effet accelerateur attendu proviendra de la nouvelle règlementation européenne sur la protection des données qui entrera en vigueur le 24 mai 2018, exigeant des entreprises de notifier à leurs clients les attaques cyber dont elles sont victimes, sous peine d’une amende pouvant atteindre 4% du chiffre d’affaires. 

Pour plus d'informations, consultez la nouvelle réglementation sur la CNIL .

 

Offre élargie en assurance

Les assureurs sont de plus en plus nombreux à proposer des couvertures, pour couvrir tout ou partie de ces risques.  Le marché n’est pas encore mature, loin de là.  Avant de souscrire un contrat, il faut bien examiner les garanties proposées, laa portée réelle de la couverture, les exclusions étant encore nombreuses pour les assureurs moins expérimentés dans ce domaine.

 

Impact sur les cotisations d’assurance

Du fait de l’arrivée de nouveaux entrants sur le marché, et de la hausse de la capacité financière disponible, les cotisations ont baissé ces deux dernières années, elles se sont stabilisées en 2016, avec néanmoins la réapparation  des questionnaires de souscription qui  permettent aux assureurs d’évaluer la qualité des risques. Avec la recrudescence des cyber attaques depuis quelques mois, qui n’épargnent pas même les systèmes sensés être les mieux protégés (organismes publics, entreprises multinationales…), les cotisations sont reparties à la hausse, pour tous les secteurs d’activité, depuis le début de 2017.

 

Hausse de la cotisation sur la garantie cyber extorsion

Beaucoup de polices d’assurance ne couvrent pas les rançons, mais cet événementdemeure assurable, sous certaines conditions, et cette disposition contractuelle augmente le coût del’indemnisation des compagnies d’assurance. On peut craindre que cette couverture soit plus difficilement accessible, et que les assureurs exigeront des mesures de sécurité de plus en plus draconiennes (firewall, sandbox, gestion des mots de passe, sensibilisation du personnel).

Les cotisations vont nécessairement augmenter du fait de la hausse des réclamations liées à des cyber extorsions et demandes de rançons. Ces garanties représentaient 5% du montant des indemnités en 2015, 16% en 2016, elles sont au-delà de 25% depuis le début de l’année.  Il y aura donc nécessairement un impact sur les cotisations.

Les assureurs augmentent leurs franchises, et les primes pour des montants de garantie plus élevés. 

Les petites entreprises peuvent encore facilement trouver des couvertures qui débutent avec 1 ou 2 millions d’euros de garantie, ce qui offre déjà une couverure intéressante, d’autant que les compagnies offrent également des services de gestion de crise (experts informatiques, media, avocats). 

Avec 80% des entreprises victimes d’une  cyber-attaque l’an dernier, il est fort probable que le taux de souscription des contrats cyberassurance progressera encore cette année, si les assureurs parviennent à maintenir des tarifs raisonnables.



Liens :
Un accident de tracteur provoque un incendie et prive d'électricité 250 foyers
Lisier agricole : attention danger
Les Équipements de protection individuelle améliorent-ils le bien-être au travail ?
L’ambroisie, allergène puissant craint des agriculteurs

Lire les autres sujets

Tous vos EPI: masque phyto, gants... sur notre boutique !

Agrisur Boutique EPIAgrisur Bourique EPI

Quelques entreprises partenaires

;      Centre d'observation catastrophes naturelles

suivez-nous :      facebook                           Twitter

Abonner-vous : Flux RSS